Mes très cher·es,

Cette semaine, nous publierons avec Lauriane, la responsable potins du Gouinistan aka madame Lesbien Raisonnable, le dernier épisode de notre podcast Génération·s The L Word. Maintenant que les sept premiers épisodes de The L Word : Génération Q ont été diffusé, je pense que nous pouvons nous mettre d’accord sur le fait que cette suite n’est pas une grande série et qu’elle ne changera définitivement pas la société comme sa prédécesseure. Mais cette saison a été un super prétexte pour inviter des personnalités  françaises et discuter de cul, de male gaze et d’hétéronormativité, d’astrologie, du bien que nous avait fait les premières saisons de The L Word, de cul encore, de trouple, de bébés, de mecs gays qui se prennent pour des lesbiennes, de coupes de cheveux, de drague, et de cul encore. Les épisodes ont été aussi différents que nos invités : critique avec la comédienne Marion Seclin, XX avec la journaliste et autrice Alice Pfeiffer, nostalgique avec la présentatrice télé Marie Labory, alcoolisé avec l’acteur et auteur Kevin Elarbi, astrale avec la musicienne Melissa Laveaux, universitaire et énervée avec l’autrice Iris Brey, blasé avec la standuppeuse Tahnee. Notre invité de cette semaine a été récompensé aux Out d’Or, on a hâte d’enregistrer ! Merci à tous ceux et celles qui ont suivi ce podcast avec amour et implication. On a adoré lire vos messages, vos prédictions et vos coups de gueule !

La fin de ce podcast marque aussi la fin d’une époque. Comme je vous l’avais déjà expliqué, je n’ai plus vraiment le temps de m’occuper d’un projet bénévole. N’ayant pas trouvé comment faire survivre financièrement cette newsletter, je vais la mettre en pause. Je dis pause car j’espère toujours convaincre un média ou une entreprise de la sponsoriser, mais je doute que cela se fasse. Je ne vais pas pour autant laisser complètement tomber I like that. Je vais continuer de tweeter l’actu de la pop culture avec un regard LGBTQ+ et de partager mes coups de coeur sur Instagram. J’y partagerai aussi les liens vers mes articles, comme celui que j’ai publié dans M Le Monde sur les ados LGBTQ+ dans les séries françaises.

Pour bien finir les choses, voici quelques dernières petites critiques de séries bien sympatiques.

Sortez le popcorne

📺 AJ and the Queen, Netflix

C’est une histoire vue et revue, la rencontre d’un vieil homme perdu et d’un jeune enfant en mal d’amour. Oui mais voilà le vieil homme est une drag queen jouée par RuPaul et l’enfant est une fille qui se fait passer pour un garçon. Si vous avez envie d’un plaisir coupable, d’une sucrerie hautement bingeable, ce sera parfait. Les plus : la série met en avant des quinquagénaires gays qu’on voit rarement à l’écran et déborde de références à la culture gay.

📺 Cheer, Netflix

Rarement aura-t-on été aussi happé·es par une série documentaire. Cheer nous plonge dans le quotidien de la meilleure équipe de cheerleading américaine. Dépassement de soi, prises de risque, culte du leader, c’est intense ! En se penchant sur le parcours de plusieurs membres de l’équipe, la série nous permet de comprendre pourquoi ces personnes sont prêtes à se mettre ainsi en danger.

📺 Sex Education, Netflix

La saison 2 ne déçoit pas. L’arrivée du français Sami Outalbali (Les Grands, Fiertés, Mortel) au casting permet à Eric d’avoir son premier copain, mais aussi son premier triangle amoureux (je suis team Rahim – en 2020, on veut des relations saines) et d’apprendre à faire un lavement anal. Il y a beaucoup de choses dans cette saison mais notons aussi un coming-out pansexuel, une scène de cul lesbien incroyable et surtout un épisode qui se penche sur l’asexualité. J’ai parlé de l’importance de cette scène sur Twitter, une merveille bien plus importante que les gens le réalisent.

📺 Grace et Frankie, Netflix

Deux femmes, la business woman bourgeoise Grace (la légendaire Jane Fonda) et la hippy Frankie (l’icône lesbienne Lily Tomlin) apprennent que leurs maris Robert (Martin Sheen) et Sol (Sam Waterston) sont bien plus que des partenaires professionnels. A 80 ans, ils décident qu’il est temps de vivre leur vérité et de vivre leur romance pleinement. Dans les premières saisons de cette comédie, on les voit se marier et découvrir leur identité gay. Quand l’un se met aux comédies musicales avec une troupe d’hommes gays de +50 ans, l’autre devient militant. Pendant ce temps, Grace et Frankie deviennent, contre toutes attentes, BFF et commercialisent un vibro pour femmes âgées. C’est mignon, c’est drôle, ça change. Je ne m’en lasse pas. En plus, cette saison, il y a un couple de lesbiennes !


L'actu qui met des paillettes

L’équipe de Rigolo vient de sortir une nouvelle vidéo sur les comédies françaises. Le thème : l’homosexualité. C’est parfait. [Rigolo]

Télérama a dédié un article à la Portrait Nation, aka les fans de Portrait de la Jeune Fille en Feu. [Télérama]

Jake Gyllenhaal va encore jouer un homme queer, dans le très attendu Fun Home. [Them.]

On en sait plus sur le casting de Happiest Season, la romcom écrite par Clea DuVall. En plus de Kristen Stewart et MacKenzie Davis, il y aura Aubrey Plaza (Parks and Recreation), Allison Brie (Glow) et le génial acteur et scénariste gay Dan Levy (Schitt’s Creek). [Them.]


A tout de suite sur les réseaux sociaux !

Aline