🍿🦄 Les non-binaires se font une place dans les séries

Cette semaine, dans la super série Good Trouble, Alice était en interaction avec deux personnes utilisant le pronom “they” au singulier et c’était magnifique à voir.

Le “they singulier” est utilisé par certaines personnes non-binaires (qui ne se sentent ni hommes ni femmes) pour se décrire (plutôt que “she” ou “he”). Quand on n’y est pas habitué·e, cela peut surprendre, mais on prend très vite le pli.

Lire plus

🍿🦄 Avec Pose et Vida, l’intersectionnalité s’invite dans les séries !

Combien de séries connaissez-vous dans lesquelles le ou les personnages principaux sont des personnes LGBT+ racisées, handicapées, issues de l’immigration, ayant des troubles mentaux ou des corps atypiques ? Pas beaucoup, hein ?

Nous sommes en 2019 et les personnages appartenant à plusieurs groupes minorisés sont toujours relégués aux rôles secondaires. Les personnages principaux sont priés de ne connaître qu’un seul type de discrimination, qu’un seul éloignement aux normes. Alors forcément des séries comme Pose et Vida sont des petits miracles.

Lire Plus

🍿🦄 L’heure des “Lesbian Best Friends” est arrivée

Ces dernières semaines, j’ai beaucoup parlé de nouvelles séries et films mettant en scène des femmes. Le plus étonnant, c’est que j’ai l’impression d’être passée à côté de plein d’autres nouveautés. Depuis quand les lesbiennes et assimilées sont-elles aussi présentes à l’écran ?

Pendant longtemps, les seuls personnages LGBT+ des films et séries étaient des hommes. A partir des années 1990, toute bonne comédie progressiste se devait d’avoir un “gay best friend”. Aujourd’hui, les “lesbien best friends” envahissent Netflix, les femmes queers historiques squattent les salles de cinéma et les lesbiennes familiales racontent de nouvelles histoires.

Lire plus

🍿🦄 La battle de la culture : Cannes vs l’Eurovision

Cette semaine, il m’a fallu faire un choix : vous parler du Festival de Cannes ou de l’Eurovision. Cela n’a pas été très difficile : Cannes, je m’en tamponne le coquillard.

l’Eurovision, c’est du fun, zéro prétention et aucun vieux mec largué. Difficile de faire moins hétéro-normatif et plus camp que ce concours de chansons. Certain·es disent l’Eurovision démodé, pourtant c’est un spectacle qui permet de faire avancer les réflexions sur la place des personnes LGBT+ comme aucun autre. A quelle autre occasion, 200 millions de personnes applaudissent-elles une chanteuse transgenre (Dana International en 1998. Oui, oui, en 1998) et une drag queen barbue (Conchita Wurst en 2014) ?

Lire plus

🍿🦄 Beyoncé et Jay-Z sont officiellement les allié·es LGBT+ 2019

Saviez-vous qu’il existe une cérémonie plus prestigieuse que les Oscars, plus cool que les Golden Globes, plus gay que les Tonys, plus pop que les Grammys ? Cette cérémonie, ce sont les GLAAD Media Awards, qui récompense les œuvres, médias et personnalités ayant oeuvré pour une meilleure représentation de la communauté LGBTQ+.

Jeudi, pour sa 30ème édition, les GLAAD Awards avaient encore attiré tout le gratin LGBTQ+ et leurs allié·es.

Lire plus

🍿🦄 Les familles homoparentales existent et elles sont dans les séries

Le vote sur la PMA pour toutes aura-t-il lieu avant l’été ? Avant la fin de l’année ? Avant l’élection de Bilal Hassani à la présidence de la République Française ?

Nous en sommes en mars 2019 et les parents LGBT sont toujours traités comme des sous-parents face à la procréation, l’adoption et l’administration. On nout dit que c’est pour le bien de l’enfant, qu’il faut bien réfléchir aux conséquences que cela aura. Pourtant les familles homoparentales existent et leurs enfants (et petits-enfants) se portent bien. On ne les voit pas forcément au JT mais on les voit définitivement sur nos écrans.

Lire plus

#14 Où sont les stars d’Hollywood LGB ?

Cette année, comme chaque année, les quatre lauréats et lauréates dans la catégorie acteur·rice étaient hétéros. Seules deux actrices queers, Jodie Foster et Ellen Page, ont été nommées ou lauréates ces 15 dernières années mais elles l’ont été avant leur coming-out… Alors, faut-il y voir une tendance ?

Ce qui est particulièrement enrageant, c’est que les acteurs et actrices hétéros gagnent des trophées en jouant les queers, comme trois de nos lauréats de cette année : Rami Malek, Mahershala Ali et Olivia Colman. Notre discrimination est un bon sujet de drame, notre volonté de nous battre un bon sujet de biopic, mais nos acteurs et actrices, en revanche, sont priées de rester à leur place : loin des grands rôles.

Lire plus