🍿🦄 Beyoncé et Jay-Z sont officiellement les allié·es LGBT+ 2019

Saviez-vous qu’il existe une cérémonie plus prestigieuse que les Oscars, plus cool que les Golden Globes, plus gay que les Tonys, plus pop que les Grammys ? Cette cérémonie, ce sont les GLAAD Media Awards, qui récompense les œuvres, médias et personnalités ayant oeuvré pour une meilleure représentation de la communauté LGBTQ+.

Jeudi, pour sa 30ème édition, les GLAAD Awards avaient encore attiré tout le gratin LGBTQ+ et leurs allié·es.

Lire plus

🍿🦄 Les familles homoparentales existent et elles sont dans les séries

Le vote sur la PMA pour toutes aura-t-il lieu avant l’été ? Avant la fin de l’année ? Avant l’élection de Bilal Hassani à la présidence de la République Française ?

Nous en sommes en mars 2019 et les parents LGBT sont toujours traités comme des sous-parents face à la procréation, l’adoption et l’administration. On nout dit que c’est pour le bien de l’enfant, qu’il faut bien réfléchir aux conséquences que cela aura. Pourtant les familles homoparentales existent et leurs enfants (et petits-enfants) se portent bien. On ne les voit pas forcément au JT mais on les voit définitivement sur nos écrans.

Lire plus

#14 Où sont les stars d’Hollywood LGB ?

Cette année, comme chaque année, les quatre lauréats et lauréates dans la catégorie acteur·rice étaient hétéros. Seules deux actrices queers, Jodie Foster et Ellen Page, ont été nommées ou lauréates ces 15 dernières années mais elles l’ont été avant leur coming-out… Alors, faut-il y voir une tendance ?

Ce qui est particulièrement enrageant, c’est que les acteurs et actrices hétéros gagnent des trophées en jouant les queers, comme trois de nos lauréats de cette année : Rami Malek, Mahershala Ali et Olivia Colman. Notre discrimination est un bon sujet de drame, notre volonté de nous battre un bon sujet de biopic, mais nos acteurs et actrices, en revanche, sont priées de rester à leur place : loin des grands rôles.

Lire plus

🍿🦄 #12 Comédies françaises et Ligue du LOL : même combat

Qu’est-ce qu’on a encore fait au Bon Dieu, Nicky Larson ou All inclusive. Trois films en ce moment au cinéma. Les trois seules comédies grand public françaises sorties depuis le début de l’année. Trois films homophobes

Le timing est ironique. La semaine dernière, nous découvrions, effaré·es, La Ligue du LOL et l’ampleur de ses “blagues”, puis ce fut les révélations sur les groupes “Radio Bière Foot” du HuffPost et “Les darons” de Vice. Grâce aux témoignages courageux de certaines victimes, le sujet des dangers de l’entre-soi s’est imposé comme jamais sur le devant de scène. Celui de l’humour aussi.

Lire plus

🍿🦄 #11 Breaking news, les LGBT+ existaient avant le 19ème siècle !

Pendant longtemps les films d’époque était mâles, blancs et hétéros puisque le monde du cinéma était dirigé par les puissants aka les hommes blancs hétéros et que l’Histoire avait été écrite par les vainqueurs aka les hommes blancs hétéros. Evidemment, cela n’était pas très représentatif de la réalité.

Heureusement, les minorités ont gueulé et le cinéma a ouvert les yeux : les femmes, les LGBT+ et les personnes racisées existent ! (pour les personnes en situation d’handicap, il faudra encore attendre). Les studios de production ont tenté de rectifier la situation en nous sortant une ribambelle de biopics sur des LGB qui ont fait l’histoire. Voyage dans le temps (et dans l’intimité de Marie, reine d’Ecosse, Colette et La Favorite).

Lire plus

🍿🦄 #9 Les superhéro·ïnes sortent enfin du placard

Batwoman, super-héroïne ouvertement lesbienne, aura droit à sa propre série télé d’ici la fin de l’année. On ne sait pas grand-chose de la future série mais l’annonce du projet a fait grand bruit.
Il faut dire que malgré les costumes multicolores, les combinaisons en cuir, les bromances, les placards métaphoriques, une esthétique camp et des sous-textes et allusions, les personnages de DC et Marvel sont demeurés officiellement cisgenres et hétéros jusqu’à la fin des années 1980. L’heure de la revenge a sonné.

🍿🦄 #8 Parlons meurtres, serial killers et ex énervés

J’entends souvent dire qu’il n’y a plus de problèmes de représentation des personnes LGBT+ dans la pop culture puisque que toutes les séries ont désormais leur personnage lesbien, bi ou gay. C’est bien évidemment faux.

Il ne faut pas s’intéresser qu’à la quantité (on est encore loin du compte) mais aussi à la qualité.
Il ne s’agit pas juste d’être visibles dans les médias, il s’agit d’être visibles tel·les que nous sommes, il s’agit d’être représenté·es avec justesse et justice, il s’agit de permettre aux hétéro de nous comprendre.

C’est exactement ce que Ryan Murphy (Nip/Tuck, Glee, Pose, American Horror Story) a fait avec sa série American Crime Story.

Lire plus